L’ostéopathie: une thérapie complémentaire dans les troubles de la fertilité

L’infertilité est une incapacité pour un couple de concevoir un enfant pendant au moins un an malgré des relation sexuelles fréquentes et régulières sans aucun moyen de contraception.

Les causes d’infertiliteé sont multiples et peuvent toucher la femme (33%), l’homme (20%) ou les deux (40%). Dans 8% des cas aucune cause n’est retrouveée, on parle alors d’infertiliteé inexpliquée.

D’après nos recherches, les meilleurs taux de succès en Procréation Médicalement Assistée (PMA) sont obtenus après une FIV-ICSI, avec environ 22 naissances en moyenne pour 100 tentatives, contre 20 % pour la FIV classique et 10 % pour l’insémination artificielle. Les chances de grossesse varient ainsi de 12,3 % à 23,5 % par tentative, en fonction des techniques utilisées en processus de PMA intraconjugal.

C’est pourquoi nous nous sommes intéressées à ce sujet de l’infertilité puisque à ce jour, la médecine allopathique (médecine moderne avec traitement) seule ne permet pas à tous les couples de concevoir un enfant.

Sur quoi va travailler l’ostéopathie ?

L’aspect mécanique du corps est souvent mis de côté, mais des congestions pelviennes, des dysfonctions (=trouble de la mobilité) articulaires (articulations du bassin, des lombaires etc), viscérales (antécédents d’opérations chirurgicales, cicatrices, colopathie fonctionnelle etc), ligamentaires et musculaires altèrent d’une part la fonction utérine et d’autre part l’environnement nécessaire à la nidation.

 

La structure et sa fonction

Parmi les grands principes qui régissent l’ostéopathie celui de l’interrelation structure-fonction est la plus évocateur dans le cas de trouble de la fertilité.
La structure gouverne la fonction et la fonction gouverne la structure. En effet si les articulations du bassin (structure) sont dysfonctionnelles (=trouble de la mobilité), alors la fonction des organes contenus à l’intérieur (l’utérus et ses annexes) est altérée. De même, un organe sous contraintes et tensions ligamentaires ou musculaires entraine une altération de la structure (le contenant).

Ainsi notre prise en charge est complémentaire à la médecine allopathique puisque nous cherchons à rétablir l’équilibre du corps et plus particulièrement dans ce contexte à rendre l’utérus propice à la nidation.

Une prise en charge du corps dans sa globalité

Nous avons une vision globale du corps c’est pourquoi il n’existe pas de recette de traitements mais des consultations adaptées à chaque patiente en fonction de leurs antécédents et de leurs modes de vie.
Ainsi, lors de notre prise en charge nous investiguons toutes les structures du corps (colonne vertébrale, membre, crâne, petit bassin, système digestif).

Nous avons réalisé un mémoire lorsque nous étions étudiantes, intitulé: « Efficacité d’une prise en charge ostéopathique chez les femmes traitées pour dysovulation et souhaitant être enceintes par stimulation ovarienne. Etude Pilote. »
Nous avons recruté 10 patientes et 5 d’entre elles sont tombées enceintes après en moyenne 2 séances d’ostéopathie. Statistiquement ces résultats n’étaient pas significatifs puisque notre échantillon de population était trop petit mais ils ont été plus qu’encourageant et ont confirmé la place de l’ostéopathie en tant que thérapie complémentaire face aux troubles de la fertilité.
Les sources:  http://presse.inserm.fr/wpcontent/uploads/2013/02/Rapport_causes_infertilite_VFinale1.pdf

 

Laura Enos et Cécile Iglicki Ostéopathes 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :